Un article par jour pendant 100 jours : chiffres, problèmes, succès

Voici donc 100 jours, jour pour jour, que j’ai créé ce blog et publié un article par jour 7 jours sur 7. L’expérimentation lancée pendant le confinement devient un projet sur la durée.

C’est la première leçon. Parfois vous allez passer un temps fou à réfléchir à votre projet, comment le mener, quoi publier, quoi créer … Se lancer est une bonne chose. Rien de tel que d’être confronté aux problèmes pour trouver des solutions. Les problèmes, j’en ai eu avec ce blog.

Le temps nécessaire

Ecrire un article par jour prend du temps, un temps que je n’avais pas. Mais quand j’ai une idée en tête il faut que ça se fasse alors j’ai cherché des solutions.

J’ai commencé par configurer des automatismes pour écrire le texte en markdown (un langage balisé qui facilite la mise en page lorsque le texte est publié). J’écrivais dans Evernote et le simple fait de changer un mot-clé sur la note me permettait de la publier sur le blog (via Zapier), de vous l’envoyer par mail et de la publier sur les réseaux sociaux.

Evernote gère mal le markdown, je me suis rabattu sur Google Docs mais là-aussi j’ai fini par passer trop de temps à finaliser la mise en page en raison d’un convertisseur markdown imparfait dans WordPress, le système qui gère ce blog.

J’en suis venu à écrire dans l’application WordPress sur iPad, je peux reprendre sur ordinateur au besoin, la présentation est faite sans erreur.

J’ai retiré tout ce qui prend du temps lorsqu’on publie un article : l’illustration, la recherche de mots-clés pertinents, les critères de référencement (SEO). Je perds des visites mais ce n’est pas mon but premier que d’en avoir beaucoup.

Désormais je passe moins de 30 minutes entre l’idée d’article, l’écriture et la publication. J’écris par lots, je programme plusieurs articles diffusés ensuite chaque matin. Si je suis pris par le temps, je sais que j’ai toujours un peu d ‘avance, je peux m’organiser.

L’organisation nécessaire

Pour ne consacrer que 30 minutes par article, j’ai du mettre en place une organisation infaillible :

  • une liste des catégories à traiter
  • une liste des sujets
  • une liste des types d’articles

J’ai créé un tableau (dans Notion) avec ces informations, je fais un tirage au sort et cela me donne chaque jour la catégorie, le sujet, le type de contenu.

Je n’ai plus qu’à écrire, ce n’est pas le plus long quand je sais de quoi parler et comment. Je ne m’égare pas dans le hors sujet.

Ce système n’a aucune limite, il me suffit de changer une variable pour le faire évoluer si je décide d’ajouter des catégories ou des sujets.

En parallèle j’utilise les notes stockées dans ma base de données personnelle (Evernote) pour enrichir les articles : histoires, citations, statistiques, …

Quelques chiffres

Les chiffres de fréquentation du blog m’importent peu, c’est un exercice personnel avant tout.

En 100 jours, le blog a attiré 1017 personnes (au 10 juillet) qui passent chacune 1 mn 49 à lire mes articles.

Étant donné leur longueur c’est très bien. Je suis très loin des centaines de milliers de visites mensuelles sur mon site photo, mais il a 14 ans et le domaine est bien différent.

Imaginez que vous puissiez contacter plus de 1000 personnes en 100 jours pour parler de vous et de vos propositions, que pensez-vous que cela vous donnerait comme possibilités ?

Le taux d’ouverture des emails quotidiens est de 75 % en moyenne et le taux de clic de 8%.

Ce faible taux de clic s’explique par le fait que l’intégralité de chaque article et dans le mail, vous n’avez donc pas besoin de cliquer pour lire. Mais certains le font pour en savoir plus, lire d’autres articles, merci à eux.

Il me reste à convertir plus de visiteurs en abonnés aux emails quotidiens. C’est difficile d’une manière générale, ça l’est encore plus avec un blog tout jeune. J’ai quelques recettes dans ma besace, je vais mettre cela en oeuvre d’ici peu.

Ce que vous en dites

« J’apprécie l’approche marketing qui est une composante vague pour moi car ce domaine m’est totalement inconnu.
Ton expérience dans la création de sa propre activité m’intéresse : comment appréhender le sujet, le mettre en place, le valider et bien sûr se faire connaître.
La diversité des sujets traités est grande : ça entraîne à une réflexion globale en se disant ‘’Ah ouais, faut que je regarde ça aussi’’.

Mais le plus important est que ce blog soit pluridisciplinaire et non uniquement orienté sur une activité.
Cela nous amène à prendre en mains notre sujet différemment en nous faisant sortir de notre cadre d’activité. Toutes les idées et expériences autres sont toujours bonnes à prendre, car même si cela ne nous concerne pas directement, au moins nous l’avons lu et nous savons, et donc peut-être que demain ou après-demain cela nous aidera à choisir, décider. »

– Patrick L.

« Ces partages quotidiens lancent parfois des pistes de réflexion auxquelles je n’aurais pas pensé d’où leur intérêt. Parfois je me sens moins concerné mais je les lis toujours avec attention, rien n’est jamais sans intérêt. »

– Claudio B.

« Je ne suis pas toujours directement concernée par les propos de ce blog . Quoi qu’il en soit , il y toujours quelque chose à en tirer et à retenir. J’aime beaucoup sa concision ,la clarté de l’argumentation : le pour, le contre et le pourquoi . Une méthode efficace contre les digressions .Merci pour ce blog.« 

– Marie Chantal L.

Si vous avez un avis à donner aussi, ne vous gênez pas, les commentaires servent à ça.

J’ai bien analysé ces retours comme d’autres, j’en tiens compte. J’ai quelques idées pour vous apporter encore plus de valeur, pour travailler sur d’autres thématiques comme :

  • l’efficacité,
  • la gestion du temps,
  • l’automatisation,
  • le style de vie.

Tout ce qui peut vous aider à avancer sur votre projet, à améliorer vos conditions de travail comme de vie.

Comment j’ai généré de l’audience

Je l’avais dit dès le premier jour, je n’ai pas respecté les règles de référencement (SEO) en écrivant mes articles.

Les titres, la structure des textes ne sont pas faits « pour Google ». Il sont faits pour vous. Je ne m’attendais donc pas à un afflux massif de visiteurs depuis les moteurs de recherche.

C’est le cas, les visites viennent d’accès directs pour la plupart, des liens insérés dans les emails quotidiens et des réseaux sociaux.
Ce que je vous répète souvent s’est confirmé, les emails quotidiens sont la principale source de visite sur le blog. C’est d’autant plus intéressant à savoir que chaque email contient l’article intégral, il n’y a donc à priori pas besoin devenir sur le blog pour lire. Je vous laisse imaginer ce que ça donnerait s’il fallait venir pour lire.

Gérer une liste mail est la première chose à faire dès que vous créez votre activité en ligne.

Je n’ai pas non plus respecté les règles d’engagement sur les réseaux. Elles deviennent trop exigeantes, il me faudrait passer plus de temps à échanger sur les réseaux pour attirer des lecteurs sur le blog qu’il ne m’en faut pour écrire mes articles.

En pratique j’ai publié de façon automatique chaque article sur la page Facebook du blog, sur Twitter et sur LinkedIn.

Ce dernier m’a permis de reprendre contact avec d’anciens collègues qui m’avaient oublié (si, si), il ne faut pas compter sur LinkedIn pour générer du trafic par contre, ce n’est pas le cas.

Il n’y a que Twitter sur lequel j’ai repris une activité régulière après un long arrêt. Ce qui se traduit par des visites supplémentaires depuis ce réseau. Mais ne rêvons pas, ce n’est pas une marée noire non plus.

Si vous créez un blog, gardez votre temps pour créer des contenus et non pour en parler sur les réseaux. C’est du temps perdu. Les réseaux servent à faire connaître ce que vous avez créé, pas à le créer.

Ce que j’ai appris

Me forcer à écrire un article par jour m’a redonné le goût de produire des contenus, ce que je ne fais plus aussi souvent sur mon site photo. Partager des idées, des conseils, des pratiques, dans un format court, simple à écrire comme à lire me plaît.

Je vais intégrer cela dans ma démarche photo et envisager de nouveaux articles sur mon autre site tel que je le fais déjà avec mes Lettres, l’équivalent de ce blog envoyé par mail chaque jeudi.

J’ai aussi découvert de nouvelles façons de m’organiser, de nouveaux outils. Je vais pouvoir utiliser cela pour mes autres activités, je vais gagner en efficacité.

Je n’ai rien gagné à faire cela, ce n’est pas une question d’argent, je n’ai rien à vendre en écrivant ces articles. J’envisage par contre d’aider ceux qui le souhaitent à faire comme moi, à lancer une activité, à développer leur audience et leurs offres. Il s’agirait alors de prestations facturées, nous aurons l’occasion d’en parler si j’avance.

Ce que je vais faire maintenant

Partir en congés ! Nous sommes le 14 juillet 2020 et j’ai bien besoin de prendre l’air après bientôt 3 mois passés en vase clos.

J’ai d’autres idées pour ce blog, elles me viennent chaque semaine, à vous lire, à voir les réactions. J’en mettrai certaines en oeuvre, d’autres non, c’est la vie d’un entrepreneur du web.

Si vous avez des attentes profitez-en pour me le dire, c’est le bon moment !

L’un d’entre vous m’a souhaité une belle suite et m’a donné rendez-vous pour le 200ème article. Je ne peux vous dire encore s’il existera mais sachez que j’en ai très envie !

 

1 réflexion au sujet de « Un article par jour pendant 100 jours : chiffres, problèmes, succès »

Laisser un commentaire