J’adore mes mauvaises habitudes

J’ai plein de mauvaises habitudes.
Qu’il s’agisse de ma vie personnelle comme professionnelle, je ne les compte plus.
Je le sais.
J’ai toujours été comme ça.
Et c’est une bonne chose.

BONNE ?

Avoir des mauvaises habitudes est une bonne chose.
Ce n’est pas ce que pense ma femme quand il s’agit des miennes, mais pourtant c’est le cas.
Elle a souvent raison toutefois, et sans elle je n’en serais pas où j’en suis.

Une mauvaise habitude est une bonne chose car vous pouvez la transformer.

En une bonne habitude.

TU M’EXPLIQUES LÀ ?

Il y a deux types d’habitudes : les bonnes et les mauvaises.

Les bonnes habitudes vous aident à :

  • avancer,
  • grandir,
  • développer des projets,
  • améliorer votre vie.

Les mauvaises habitudes vous aident à :

  • l’inverse …

Il est donc logique de cultiver les bonnes habitudes et de délaisser les mauvaises (en savoir plus).

Mais ce n’est pas si simple.
Les mauvaises habitudes sont ancrées en nous parce que cela nous arrange, souvent.
Que nous n’arrivons pas à nous en débarrasser.
Bien que nous pensions tout faire pour.
Parce que nous voulons modifier cette mauvaise habitude pour en faire une bonne.
Ça ne fonctionne pas.

LA BONNE SOLUTION

Ne cherchez pas à transformer une mauvaise habitude en bonne habitude.

Laissez la mauvaise habitude de côté.
Vivez avec.

Trouvez une bonne habitude, même si elle n’a rien à voir.
Passez-y le temps nécessaire.
Appropriez-vous ce qu’elle représente :

  • apprendre quelque chose,
  • développer une activité,
  • cultiver une passion,
  • aider les autres,

Remplacez votre mauvaise habitude par cette nouvelle bonne habitude.

Plus vous aurez de bonnes habitudes, moins vous aurez de temps pour les mauvaises.
Cela peut vous paraître simpliste.
Farfelu.
Stupide même.
Mais permettez-moi d’y croire.
Essayez.

Jugez par vous-même (ce qui est une bonne habitude à développer …).

Si ce sujet vous parle, je vous recommande la lecture du livre de James Clear.

 

1 réflexion au sujet de « J’adore mes mauvaises habitudes »

Laisser un commentaire