Contenus courts ou contenus longs, comment choisir ?

Selon une étude Harris de 2018, 65 % des français estiment manquer de temps. De nombreux produits ou services nous proposent pourtant de tout faire toujours plus vite pour gagner du temps. Mais plus nous en gagnons moins nous en avons. Cela devrait vous interpeller si vous développez une activité sur le web.

Si les gens n’ont pas le temps de consulter vos contenus, faut-il créer des contenus courts ? Faut-il au contraire créer des contenus longs pour intéresser les seules personnes vraiment intéressées et filtrer ainsi les simples visiteurs ?

Je me suis souvent posé la question, j’en suis arrivé à cette conclusion : la bonne longueur pour un contenu est celle qui permet de passer le message que vous avez à passer. Peu importe que ce contenu soit court ou long, ce qui compte c’est qu’il soit pertinent.

Si vous vous posez la question de savoir comment créer des contenus, courts comme longs, lisez ceci.

Créer des contenus courts

Les contenus courts attirent. Ils permettent de partager une idée, un principe, sans rentrer dans le détail. Le but d’un contenu court est de donner envie à ceux qui le consultent d’en savoir plus. Il s’agit d’une incitation à l’action.

Ne créer que des contenus courts ne peut suffire à développer votre activité sur le web car vous n’avez pas la possibilité de creuser un sujet. Si vous vous contentez d’exister sur Twitter par exemple, avec 280 caractères maximum imposés, vous ne pourrez jamais montrer la valeur de vos offres.

Créer des contenus longs

A l’inverse, les contenus longs permettent de donner des détails, de partager des pratiques, une méthode, avec toutes ses étapes.

Les contenus longs ne peuvent pas être des contenus d’accroche. Personne ne prendre 30 minutes pour consulter un contenu long sans raison. Encore moins s’il s’agit d’un podcast ou d’une vidéo qui dure une heure. Il faut avoir envie de le faire, besoin. Les « gens de passage » n’ont ni l’envie, ni le besoin.

La nécessaire complémentarité des contenus

Vous l’avez compris, pour développer une activité sur le web, vous devez créer des contenus courts ET des contenus longs :

  • les contenus courts attirent des visiteurs,
  • les contenus longs les convertissent en audience fidèle.

Ayez toujours en tête cette complémentarité lorsque vous créez des contenus. Si vous créez un contenu long, faites-en des extraits qui seront vos contenus courts. Si vous créez des contenus courts, assemblez les de telle façon qu’ils constituent au final un contenu long (c’est plus difficile dans ce sens).

La nécessaire complémentarité des supports

Contenus courts et contenus longs ne peuvent cohabiter sur le même support. Poster un contenu de deux lignes sur un blog n’a pas d’intérêt. Poster 50 tweets dans un thread Twitter pour partager un contenu long n’en a pas non plus.

Vous devez adopter différents supports sur lesquels vous partagez différents contenus.

Sur les réseaux sociaux, dans les messageries, privilégiez les contenus courts. Ce sont des accroches, le style doit être direct, la présentation aérée, l’appel à l’action clair. Vous devez donner envie d’en savoir plus.

Attention, n’en faites pas trop. Mieux vaut poster un message clair que raconter votre vie tout au long de la journée sans que personne ne comprenne pourquoi vous le faites. A trop en montrer votre message perd de sa force.

Sur votre blog, votre chaîne Youtube, votre podcast, privilégiez les contenus longs. Si vous êtes arrivé à inciter les gens à vous lire, voir ou entendre, donnez-leur de quoi les satisfaire. Ne les frustrez pas au risque de ne jamais les revoir.

Youtube, on fait quoi ?

Sur Youtube vous êtes confronté à deux types de populations :

  • ceux qui procrastinent veulent des vidéos courtes, ils passent de l’une à l’autre sans vraie raison,
  • ceux qui veulent apprendre quelque chose veulent des vidéos longues, ils ont un besoin.

Si vous cherchez à développer une activité sur le web, mieux vaut privilégier les vidéos longues. Vous n’apprendrez rien aux autres en 3 minutes. Ou rien de sérieux.

Newsletter, on fait quoi ?

On teste. Il n’y a pas de réponse idéale.

Certaines personnes apprécient les emails courts, avec un lien vers le contenu plus long.

D’autres préfèrent avoir tout le contenu dans l’e mail, elles le consultent sans devoir lancer une autre application.

Dans un mail vous pouvez intégrer un long texte mais aussi une vidéo, un épisode de podcast, des photos, tout est faisable. Alors testez.

Attention au revers de la médaille : l’email reste le meilleur support pour convertir vos lecteurs en audience fidèle, par contre ces contenus ne sont accessibles nulle part ailleurs. Vos emails ne sont pas publiés sur le web et ne sont pas référencés (ils peuvent l’être mais je ne vous le recommande pas).

Il faut donc avoir une stratégie d’acquisition en amont.

Contenus courts ou contenus longs, on fait quoi ?

Les deux.

Chaque fois que je crée un contenu long envoyé par mail, posté en parallèle sur mon blog, je crée des contenus courts associés. Je les poste sur Twitter, LinkedIn, Facebook (c’est automatisé, je ne le fais pas manuellement). J’en parle aussi dans mon canal Telegram, en audio, parce que cela complémente le contenu.

Pensez-y, créer des contenus est une chose, les faire connaître en est une autre. Mais si vous ne faites ni l’un ni l’autre, vous n’aurez aucun résultat. Quelle que soit votre activité. Même si vous n’exercez pas directement sur le web.

Pour continuer la discussion, je vous invité à me rejoindre sur Telegram, tous les messages postés (audio et texte) restent en ligne, vous aurez accès à l’intégralité des échanges.

 

Laisser un commentaire