Si vous ne faites rien pendant vos congés, vous allez vous planter

Eté 2013.

Je peux prendre une décision qui va impacter mon parcours professionnel, ma vie personnelle et celle de ma famille.

Je dois décider si je laisse tomber mon emploi de cadre dans l’industrie informatique pour créer mon entreprise en tant que créateur de contenus web.

J’y passe l’été.

Quelques mois plus tard je quitte mon emploi.

Je ne l’ai jamais regretté.

Ma liberté

Depuis, je fais de même chaque été.

Je suis fou de travailler pendant mes congés ? C’est ça « l’indépendance » ?

Non, je ne suis pas fou..

Oui, c’est ça l’indépendance.

C’est la liberté.

Réfléchir n’est pas produire

Lorsque je prends du temps pour réfléchir à mes activités, ce n’est pas du travail.

Mon cerveau dépile ce qu’il a accumulé pendant l’année.
Je vois les choses autrement.
Je suis libre de penser à mille options différentes. D’élaborer différents scénarii.

Réfléchir est indispensable

Il est illusoire de penser que vous pouvez gérer une activité personnelle, associative, professionnelle, sans ne jamais la remettre en question.

En 7 ans d’indépendance j’ai changé de nombreuses fois de vision.

Mon modèle a évolué.

C’est essentiel.

Ne jamais rien changer c’est mourir à petit feu.

Réfléchir pendant les congés

C’est la meilleure période.

Le contexte change.

L’environnement aussi.

Tout en vous baladant et en vous relaxant, vous pouvez réfléchir de façon pertinente.

Réfléchir oui, mais documenter

Envisager des évolutions, des remises en question, c’est primordial.

Toutefois le propre des congés étant de nous aider à tout oublier, il serait dommage de perdre trace de ce à quoi vous pensez.

Pour tirer profit de mes réflexions au retour, je documente tout.

J’utilise l’application Notion dans laquelle j’ai créé une page « problèmes à résoudre cet été ».

Je note en vrac. Comme ça vient.

Puis j’organise. Je regroupe. Je révise.

L’ensemble évolue au fil des jours.

En rentrant j’ai un plan de marche prêt à l'emploi.

Je n’ai plus qu’à le mettre en œuvre.

À dérouler.

Jusqu’à l’été prochain.

Une dernière chose …

Ne pensez pas que j’y passe mes journées.

Ce type de réflexion me prend moins de 30 minutes par jour. Parfois quelques minutes à peine.

Et vous, vous la révisez quand et comment votre activité à venir ?

 

Laisser un commentaire