La fatigue sociale est un faux problème

La fatigue sociale semble être le mal à la mode.
Excès de réseaux sociaux, de relations par écran interposé, de virtuel.
Certqins en ont marre.
Pourtant c’est un faux problème.

Vous êtes le seul coupable

Si vous ressentez de la fatigue sociale, c’est que vous avez une activité trop fréquente, trop intense sur le web et les réseaux sociaux.
Trop d’infos.
De messages.
De notifications.
De sollicitations.

Ne cherchez pas le responsable de cette fatigue sociale.

C’est vous.

Vous seul décidez

Personne ne vous force à regarder votre écran.
A échanger avec les autres.
A publier sans cesse.
C’est votre choix.
C’est vous qui le voulez.

Ne vous en prenez pas aux autres si vous le vivez mal.

Ma méthode

Je suis très présent sur le web et les réseaux sociaux.
Je pourrais souffrir de fatigue sociale.
Mais ce n’est pas le cas parce que j’ai fait des choix.

Si je n’ai rien à publier, je ne publie rien.
Si je n’ai pas envie de savoir ce que les autres partagent, je ne regarde pas.
Si je ne supporte pas un utilisateur négatif, râleur, désagréable, je le supprime de mes listes.

J’ai désactivé toutes les notifications sur mon iPhone, bien sûr.
Je choisis quand et pourquoi je regarde mon écran.
Je ne subis pas.
Je choisis.

Lorsque je suis sur Instagram, par exemple, c’est que je le veux.
Cela me plaît.
Lorsque je supprime des centaines de comptes de mon Twitter (les aigris et les nocifs) je le veux aussi.
C’est mon droit.

La fatigue sociale est un faux problème

C’est votre comportement au quotidien le problème.
Pas les autres.
Changez de comportement et il n’y aura plus de fatigue sociale.
C’est vous qui décidez.
Pas les autres.

 

Laisser un commentaire