Pourquoi je ne fais pas d’articles de blog

Sur un blog, on publie des articles de blog. Ils sont faits pour être mis en valeur via les moteurs de recherche et les partages sociaux. Ce n’est pas ce que je fais, bien que j’ai un blog.

Je ne fais pas d’articles de blog (comme eux le préconisent) car si je le faisais je devrais respecter les règles imposées par les moteurs de recherche. Chaque article devrait adopter un formalisme bien précis, des mots-clés, des éléments de référencement qui aident Google à le positionner en réponse aux requêtes utilisateurs.

Si je faisais des articles de blog, je devrais aussi tenir compte des règles imposées par les réseaux sociaux : une photo d’illustration qui donne envie de cliquer, un titre racoleur.

J’écris pour mes lecteurs, des vraies personnes, pas des robots, avec lesquels j’ai des échanges. J’écris des emails qui partent chaque matin à ceux qui ont accepté de les recevoir, ils sont inscrits à ma liste de diffusion.

Je publie ces textes sur ce blog pour profiter des mécanismes propres à mon service d’envoi de mails, Aweber, qui compose alors chaque email comme un grand sans rien me demander. Je profite aussi des mécanismes propres à mon service de partage social, Coschedule, qui poste automatiquement les articles sur Twitter, LinkedIn et Facebook.

Je n’ai rien d’autre à faire qu’écrire. Le reste est automatisé.

Donc j’écris. Mais pas des articles de blog. Des emails. Déposés sous forme d’articles de blog sur un blog, c’est vrai. Mais pas pensés pour être des articles de blog. D’ailleurs vérifiez dans Google, la plupart ne sont pas indexés, ou mal.

J’écris pour le plaisir d’écrire et de partager, pas pour faire plaisir à Google ou aux réseaux sociaux.

Je procède ainsi car cela me permet de changer d’approche quand j’en ai envie. Je veux envoyer des contenus sous une autre forme ? Je peux, je ne pénalise pas le blog. Je suis libre.

Lorsque vous envisagez de créer un blog, de créer des contenus, faites-le pour servir ceux à qui ces contenus s’adressent. Pas Google, ni Twitter, ni LinkedIn et encore moins Facebook.

Il y a un prix à payer pour cela. Je dois faire en sorte de vous inviter à rejoindre ma liste mail. Parce que ce n’est ni Google ni les réseaux qui vont le faire pour moi.

Alors si ce que je partage vous intéresse, le mieux que vous puissiez faire est de vous abonner à mes emails. C’est d’autant plus important que certains contenus ne seront désormais envoyés que par mail. Vous ne pourrez pas les lire ici car ils n’y ont pas leur place.

Vous pouvez même, si vous le souhaitez, faire connaître cet article pour que d’autres viennent s’inscrire. J’apprécierai cet acte de partage solidaire !

 

Laisser un commentaire