Comment utiliser Lightroom, cours gratuit

Gérard, un lecteur, m’a envoyé ce message :

===

La photo numérique a plein de qualités ; elle a aussi ses inconvénients.
Nos appareils ratent bien moins de photos que jadis, mais nous en faisons beaucoup plus.
Nous avons la possibilité de les retravailler, recadrer, améliorer.
Mais en dehors des outils de base de nos smartphones et sites web, nous nous heurtons à des complexités logicielles.
Enfin, il faut s’y retrouver dans nos « avalanches » de clichés, pris aux quatre coins du monde et plus ou moins esthétiques…

===

Si vous avez pratiqué l’argentique, vous savez qu’une fois le film terminé, il fallait passer par le labo.

Puis vous aviez le plaisir d’observer vos tirages ou diapos.
Mais aussi le besoin de les référencer, trier, classer.
Vous faisiez peut-être même des albums.

Vous les montriez à vos proches, à d’autres photographes.
Et je ne parle pas des soirées diapos …

Vous pourriez penser qu’en numérique, ces pratiques ont laissé place à de nouveaux usages.

C’est faux.

Rien n’a changé.

Enfin si, deux choses, quand même …

La nature du support.
Nous sommes passés du film au fichier informatique.

Le travail de labo.
C’est à vous de tout faire.

Vous videz votre carte.
Vous devez trier vos photos.
Supprimer les ratées, les doublons, les erreurs …

Référencer : où, quand, pourquoi, qui, comment.
Tout n’est pas dans les données EXIF.
Vous devez compléter les autres informations pour avoir une chance de retrouver une photo parmi des milliers plus tard.

Classer.
Quelles photos regrouper ? Dans quelles séries ou albums ?
Sans dupliquer les fichiers sans quoi c’est vite le bazar (et le disque se remplit).

A ce stade vous n’avez fait que la première partie du travail.

Place au développement.

Choix d’un rendu, traitement global, local, suppression des défauts (par ex. taches de capteur).
Ajustement de la colorimétrie s’il s’agit d’une série.
Conversion noir et blanc, peut-être.
Fusion HDR, création d’un panorama, pourquoi pas ?

Fini ? Non …

Arrive l’étape de tirage, d’envoi à vos proches.
De création d’un livre, d’un diaporama, d’une galerie web.

Car le but ultime de la photographie, c’est de montrer vos images.
Pas de les stocker sur un disque dur.

Cette fois c’est fini … ??

Non.

Bien que numériques, vos archives restent vivantes.
Vous les revisitez régulièrement.
Nouvelles séries.
Nouveaux livres, nouveaux tirages.
Nouveau rendu.
Optimisation d’anciens RAW avec de nouveaux outils (par ex. réduction du bruit).

Tout cela peut vous paraître bien complexe et long.

Combien de logiciels va-t-il vous falloir ?
Comment les choisir ?
Lequel va faire quoi ?

Il y a deux options.

La première, c’est de multiplier les logiciels.
De passer plus de temps à faire de l’informatique que de la photo.

La seconde c’est d’utiliser un couteau suisse.
Un logiciel qui peut faire tout ce que j’ai décrit.
Sans vous forcer à passer de l’un à l’autre.
Sans effort.

Le meilleur logiciel pour cela, depuis plus de 10 ans, est Lightroom.
Lightroom est à la photographie ce que la salle multisport est à la pratique sportive.
Vous avez tout au même endroit, sans besoin de passer d’un lieu à un autre.
Sans besoin d’acheter plusieurs logiciels.

Découvrez comment utiliser Lightroom avec mon mini-cours gratuit.

 

Laisser un commentaire